La «Lamentation» Le chef d'oeuvre Flamand retrouve l'église Saint-Salvi

La «Lamentation» Le chef d'oeuvre Flamand retrouve l'église Saint-Salvi

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Vendredi 09 juin 2017 - Actualité archivée le 31 août 2017
Le tableau flamand la «Lamentation» d'Albi (1510-1520), qui a été restauré à l'initiative de la Ville d'Albi, retrouve la collégiale Saint- Salvi.
La « Lamentation » d'Albi est l'un des plus beaux panneaux flamands du début du XVIe siècle conservés dans le Midi de la France.
Source : D.R.

Classé au titre des monuments historique depuis 1957, la «Lamentation» a fait l'objet d'une restauration minutieuse entre 2010 et 2014 qui a révélé la facture et l'éclat de l'oeuvre.

Cette restauration s'était inscrite dans le cadre du programme de restauration de tableaux de la collégiale Saint-Salvi comme 3 autres oeuvres:

  • « vœu des Consuls d'Albi à Saint Salvi et à Saint Roch »,
  • « Saint Salvi sollicitant de Patrice Mummole la libération des otages Albigeois »,
  • « la prophétie de Saint-Salvi sur la maison de Chilpéric ».

Exposée dans la chapelle Saint-Louis de Saint-Salvi ce retable, daté du XVIe siècle, a longtemps été ignoré du public.

Sous l'aspect jauni et oxydé par plusieurs couches de vernis il était difficile de déceler l'existence d'un trésor de la peinture flamande du début du XVIe siècle.

La remarquable restauration de cette huile sur bois a été l'occasion de la redécouvrir lors de son exposition au Musée Toulouse Lautrec en 2014.

Aujourd'hui la « Lamentation » retrouve l'âme de son église , car s'agissant d'une huile sur bois, très sensible aux variations hygrométriques, il a été constaté dès 2015 des fissures.

La Ville d'Albi a immédiatement pris des mesures conservatoires d'urgence : restauration avant un dépôt dans les réserves du musée puis au centre de restauration du patrimoine artistique de Gaillac.

L'oeuvre acclimatée durant des siècles à l'église Saint-Salvi, a nécessité, malgré toutes les précautions prises, un retour dans son biotope d'origine et sur recommandation de la DRAC a été raccrochée dans la chapelle Saint-Louis de la collégiale.