Un patrimoine du XVe siècle mis en valeur à Saint-Salvi

Un patrimoine du XVe siècle mis en valeur à Saint-Salvi

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Lundi 18 janvier 2016 - Actualité archivée le 29 février 2016
Classé au titre des monuments historiques depuis 1965, l'ensemble sculpté en bois polychrome de l'Ecce homo a fait l'objet dans la collégiale Saint-Salvi d'un nettoyage et d'une mise en valeur.
Six statues polychromes représentent les personnages entourant autrefois un "Ecce homo".
Source : F.Guibilato – Ville d’Albi

Les sept statues de taille humaine de la fin du XVe siècle, exposées depuis les années 1960 au-dessous de l'orgue de la collégiale Saint-Salvi, représentent les personnages du sanhédrin, l'assemblée législative traditionnelle du peuple juif ainsi que son tribunal suprême qui siège normalement à Jérusalem. Ils entouraient autrefois un "Ecce homo".

Un nettoyage de l'ensemble, un éclairage adéquat et un arrière-plan plus neutre rendent la scène particulièrement vivante.

Rappelant un épisode de la Passion, la présentation du Christ à la foule par le procurateur Ponce Pilate, ce groupe sculpté est d'un point de vue historique un élément fort du patrimoine.

« Notre volonté est d'inscrire encore davantage la collégiale dans le parcours patrimonial albigeois », rappele Philippe Bonnecarrère, conseiller municipal délégué au patrimoine, reconnaissant que l'édifice était un monument un peu dans l'ombre de la cathédrale et du palais de la Berbie.

La campagne de travaux engagée depuis plusieurs années a permis de préserver ce patrimoine et mieux en faire connaître ses richesses parmi lesquelles le tableau de la Lamentation (exposé aujourd'hui au musée Toulouse-Lautrec), l'Ecce homo ou la statue emmurée mise à jour lors de travaux en 2011.

Reste à mener encore quelques opérations importantes comme le nettoyage intérieur des enduits, la restauration de l'enfeu dans le cloître et celle de l'orgue. 

De nouvelles découvertes pourraient être faites à cette occasion. Des études sont en effet en cours pour déterminer si des peintures plus anciennes se dissimuleraient sous les enduits du XIXe siècle...

Information

Emplacement d'un trésor à la collégiale Saint-Salvi ? Non, plutôt une plaque tombale longtemps dissimulée sous le tapis posé devant l'Ecce homo. S'il était courant que les prélats se fassent enterrer à l'intérieur de l'église et si possible le plus près de l'autel où se trouvaient généralement les reliques, ici, il s'agit d'une plaque tombale issue de l'ancien cimetière de Saint-Salvi situé jadis près du cloître. Cette plaque aurait été réemployée lors de la rénovation du pavement de la collégiale au XIXe siècle. On peut encore y lire ces quelques mots (la première partie est illisible) : « Barthélémy Lagrèze, marchand d'Alby, où gît damoiselle Isabeau sa femme décédée le 25 janvier 1630. »