Hommage à Jules Cavaillès au mTL

Hommage à Jules Cavaillès au mTL

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Supprimer du panier
Vendredi 21 avril 2017 - Dimanche 31 décembre 2017
Add to Calendar
Musée Toulouse-Lautrec
Jules Cavaillès a joué un rôle déterminant pour l’enrichissement du fonds d’art moderne du musée d’Albi voulu par Louis-Charles Bellet (1880-1951) qui a entrepris, à la fin des années 30, de réunir des oeuvres évoquant l’art français du temps.
2017-04-21 00:00:00
Jules Cavaillès, May Belfort au poisson rouge , huile sur toile © Dépôt de l’association des Amis de Jules Cavaillès, musée Toulouse - Lautrec,
Source : D.R

Jules CAVAILLÈS et le musée TOULOUSE-LAUTREC

Jules Cavaillès a joué un rôle déterminant pour l’enrichissement du fonds d’art moderne du musée d’Albi voulu par Louis-Charles Bellet (1880-1951) qui a entrepris, à la fin des années 30, de réunir des oeuvres évoquant l’art français du temps.

  • il intervient dans les échanges avec Bonnard et est mandaté par L.-C. Bellet pour enlever les tableaux du Cannet et les transporter à Albi en 1940 ;
  • il joue le même rôle avec Matisse qui consent un prix particulier pour la toile « Intérieur à Ciboure » qu’il destine au musée Toulouse-Lautrec ;
  • reconnaissant de cette intervention, Matisse lui offre un dessin qui porte la mention « Etude pour l’Intérieur du musée d’Albi Henri Matisse Ciboure juin et la dédicace « a monsieur Jules Cavaillès, cordialement Henri Matisse 26/3 42 ».

Cavaillès facilite les contacts avec Maurice Brianchon (1899-1979), Roland Oudot (1897-1981) ; Raymond Legueult (1898-1971) et Roger Limouse (1894-1989) ce qui conduit à l’achat par l’Etat de toiles de ces artistes qui seront mises en dépôt au musée d’Albi.

En 1982 le musée Toulouse-Lautrec consacrait une exposition au peintre Jules Cavaillès sous l’autorité de son conservateur, Jean Devoisins, qui connaissait le peintre.

En 2017, le musée a choisi de consacrer deux salles de son circuit permanent à l’étage d’Art moderne à CAVAILLÈS en montrant ainsi l’ensemble de sa collection enrichie de prêts de collectionneurs privés.

Les oeuvres qui seront accrochées du 21 avril à fin décembre 2017 illustrent :

  • La manière du peintre, résolument figurative, basée sur l’emploi de couleurs pures en aplats et sans modelé.
  • Les thèmes qui l’ont inspiré : Femmes dans un intérieur, Natures mortes, Paysages, Fenêtres ouvertes sur mer, Bouquets
  • L’intérêt de Cavaillès pour l’oeuvre de Toulouse-Lautrec exprimé dans le tableau « May Belfort au poisson rouge », mis en dépôt au musée Toulouse-Lautrec par l’Association des Amis de Jules Cavaillès, où le peintre « cite » l’affiche « May Belfort » dont il possédait un exemplaire dans son atelier.

À cette occasion les visiteurs pourront également découvrir le dessin offert par Matisse à Cavaillès acquis en 2013 par le musée Toulouse-Lautrec auprès des héritiers du peintre avec la participation du FRAM, et présenté au public pour la première fois.

Jules CAVAILLÈS (1901-1977)

/////

Né à Carmaux (Tarn) le 20 juin 1901, Jules Cavaillès entre en 1914 dans une école préparant aux Arts et Métiers et devient dessinateur industriel aux Mines de sa ville.

Sa rencontre avec Henri Martin (1860-1943) est décisive pour son choix d’entrer à l’Académie Julian (1922) à Paris où il suit l’enseignement des frères Laurens et où il a notamment comme condisciple le peintre Limouse avec lequel il partagera par la suite un atelier.

À sa sortie de l’Académie Julian, en 1926, il s’engage dans une démarche picturale influencée par la place de la couleur chez les Fauves et marquée par son admiration pour Bonnard et Matisse ; celle-ci devient prédominante dans sa peinture dont elle commande l’organisation.

Concentrant ses expériences picturales dans les portraits et natures mortes, il y développe une réflexion poussée sur les surfaces colorées comme éléments constructifs mariées en accords subtils, et cette approche le conduira à produire également des cartons de tapisseries.

À la demande du conservateur du Petit Palais, il réunit un groupe des « Artistes de ce temps » en 1936 ; la même année il obtient une bourse de la Fondation Blumenthal pour la Pensée et l’Art français, et sa première exposition personnelle à la galerie Druet marque le début de sa notoriété.

En 1940, alors qu’il a déjà une carrière affirmée à travers de multiples expositions de groupe et particulières en France mais aussi à l’étranger, l’artiste est mobilisé puis, renonçant à rejoindre son poste de professeur à Paris, il entre dans la résistance dans le Tarn avec J.Cassou, dans le mouvement « Combattant ».

Nommé conservateur au musée des Augustins à Toulouse à la Libération, il réintègre ensuite son poste à Paris à l’Ecole Nationale des Arts décoratifs.

Sa carrière connaît alors un essor important : il expose notamment en 1948 à la Biennale de Venise, puis à la Galerie Charpentier à partir de 1950, est invité aux « Peintres Témoins de leur Temps », et participe à des expositions du groupe de la « Réalité Poétique », rassemblement informel d’amis peintres unis par un même souci d’une figuration sensible et coloriste. Il diversifie par ailleurs son travail, réalise des panneaux décoratifs pour le paquebot « La Provence », et le « Ferdinand de Lesseps », une première tapisserie pour les Gobelins, « La Magicienne », illustre des ouvrages.

Il se consacre avec une permanence harmonieuse aux paysages, natures mortes et scènes d’intérieur avec fenêtre ouverte dans une « union retrouvée du réel et de la plastique » (René Huyghe).

Jules Cavaillès meurt le 29 janvier 1977 à Epineuil.

Source : Danièle Devynck / Conservateur en chef du mTL

/////

Activités culturelles

/////
L’atelier des vacances pour les enfants Jules Cavaillès, « le peintre du bonheur » du 3 au 7 avril 2017

En lien avec l’accrochage temporaire d’oeuvres de Jules Cavaillès, les enfants découvriront en avant-première les peintures de l’artiste carmausin ainsi que celles d’Henri Matisse, de Pierre Bonnard et de Raoul Dufy avec lesquels il avait noué des liens.

Les enfants iront à la rencontre de ce peintre de la joie de vivre et de la «Réalité poétique» pour créer à l’acrylique des scènes colorées, festives et lumineuses.

Horaires : 4-6 ans, de 9h00 à 11h00 et 7-11 ans, de 10h30 à 12h30

Tarif pour la semaine : 65 €/enfant (goûter inclus)

/////

À suivre également :

Des visites commentées pour découvrir cet ensemble d’oeuvres de Jules Cavaillès seront proposées de mai à septembre.

Horaires d'ouverture pour l'exposition : 

  • Avril  – Mai : 10h - 12h / 14h - 18h (fermé le mardi)
  • Jusqu’au 30 septembre : 9h - 18h  
  • Octobre : 10h - 12h / 14h - 18h (fermé le mardi)
  • Novembre  - décembre : 10h - 12h / 14h - 17h30  (fermé le mardi, le 1 er novembre et le 25 décembre)
Type(s) d'événement: 
Exposition
Public: 
Tout public - Accessible

Contact

Musée Toulouse-Lautrec

Musée Toulouse-Lautrec
Palais de la Berbie
Place Sainte-Cécile
81000 Albi
Tel : 05 63 49 48 70

Information

Cavaillès et Bonnard
Sans date
© Archives municipales de Carmaux Fonds Cavaillès

Adresse

Place Sainte Cécile
81000
Albi