De nouvelles mesures pour l'attractivité du centre ville

Maintenir et renforcer l'attractivité commerciale en centre-ville est un enjeu d'avenir pour les villes moyennes. Si la ville d'Albi dispose de plusieurs atouts, elle est pleinement engagée aux côtés des commerçants et des acteurs économiques du territoire.
De nouvelles mesures pour l'attractivité du centre ville
Date

Nouveaux projets place Sainte-Claire et rue Peyrolière

Parce que l'attractivité commerciale en centre-ville est étroitement liée au maintien et au développement de l'habitat, de nouveaux projets sont à l'étude pour créer des logements à l'emplacement de l'ancienne école Pasteur rue Peyrolière et place Sainte-Claire.

Sur le premier site, désaffecté en 2013, la ville a décidé lors du dernier conseil municipal de procéder à la vente de l'ensemble immobilier à la condition exclusive que l'acquéreur s'engage sur la création d'un ou plusieurs locaux commerciaux en rez-de-chaussée et du logement dans les étages, soit au total environ 775 m² sur trois niveaux à restructurer sans compter les 300 m² de cour.

« Il sera possible d'envisager plusieurs commerces », indique Bruno Lailheugue, adjoint au maire délégué à l'urbanisme. « La ville indiquera dans l'opération l'obligation pour le promoteur de proposer un tarif de location commerciale inférieure à ceux pratiqués dans le secteur. » Le potentiel existe comme l'a confirmé une étude préalable réalisée en 2017.

Le choix de l'opérateur pourrait être effectué cet automne.

Pour la place Sainte-Claire, la requalification de ce secteur s'inscrit dans le programme d'aménagement de la zone tampon du périmètre Unesco. Jusqu'à présent, la place abritait un parking, propriété du Département, d'une surface de près de 600 m².

Beaucoup ignorent sans doute que jusque dans les années 80, un bâtiment s'y trouvait, mais avait été démoli en raison de son état de délabrement. Une étude a été menée en vue d'y reconstruire un bâtiment selon les préconisations du Service territorial de l'architecture et du patrimoine.

« Ce projet s'inscrit dans le cadre des engagements pris auprès de l'Unesco indiqués dans le plan de gestion du bien présenté en 2009 », insiste Bruno Lailheugue.

Le bâtiment est envisagé avec une architecture contemporaine et durable, et bien intégré à son environnement.

Le rez-de-chaussée pourrait accueillir un local proposant un service pour les habitants et les usagers, de nature à renforcer l'attractivité de ce secteur peu fréquenté. En attendant, un aménagement végétal temporaire a été installé sur l'ancien parking.

Une étude de réhabilitation de l'ensemble de la place sera réalisée pour définir les nouveaux aménagements et espaces publics de circulation.