Le questionnaire de Proust de Jérôme Deleuze

Il y a quelques années, Jérôme et Keiko ont décidé de changer radicalement de vie : repartir à zéro, se lancer dans le maraîchage bio et vivre de leur passion.
Date

Nous avons posé à brûle pourpoint 17 questions à Jérôme Deleuze Vigneron et maraîcher à Albi.

Votre première fois à Albi, c'était quand ?
En été 2014. Ma femme et moi étions venus pour trouver un logement. Je garde un très bon souvenir de cette journée. Le soir, on s'était baladés ; c'était très sympa.
Votre coin préféré ?
Les premières années, Pratgraussals. Avec les enfants, c'était un vrai plaisir. Plus tard, nous avons eu le coup de coeur pour le parc Rochegude.
Une raison de rester ?
Mes vignes. Cinq hectares.
Vous devez partir pour une île déserte. Quel souvenir d'Albi prenez-vous ?
Notre incroyable aventure que nous vivons depuis notre arrivée.
La dernière fois que vous avez fait une photo ?
Lors de la finale de la coupe du monde de football. J'étais passé après la liesse de la victoire et j'ai été choqué par la poubelle géante qu'était devenu le centre-ville. Comment expliquer ensuite aux enfants qu'on ne jette rien par terre ?
Vous avez deux heures de temps libre. Que faites-vous ?
Je vais avec ma femme Keiko dans un resto que j'aime bien.
Que voyez-vous par la fenêtre de votre chambre ?
Une petite cour, bien tranquille, en plein centre-ville.
Un événement, une animation, un temps fort auquel vous aimez assister ?
Sans hésiter, la Nuit Pastel. Une très belle réussite. Magique pour les enfants.
Votre dernière sortie ?
À l'hôtel d'Orléans, où il y avait une exposition d'un artiste peintre qu'on connaît.
Un voeu pour votre ville ?
Moins de voitures. La passerelle sera une bonne nouvelle pour favoriser les déplacements à pied et à vélo.
Un objectif pour cette année ?
Une bonne vendange !
Votre saison préférée ?
L'automne. Il ne fait pas trop chaud, la nature est belle... et c'est le temps des vendanges !
Albi en deux mots…
Écologie et cadre de vie.
Ce que vous allez faire dans une heure.
Je pars jeter un oeil dans mes vignes.
Votre resto favori ?
L'Ambroisie, une belle découverte. Mais il y en a d'autres !
Votre commerce favori ?
Le nouveau marché du Castelviel, le jeudi, où je suis présent. Il y a une bonne ambiance entre les producteurs.
Vous arrivez au paradis. Quel Albigeois souhaiteriez-vous rencontrer ?
Toulouse-Lautrec, avec qui j'irai boire une quille.

En 1 clic