À la découverte des libellules d'Albi

À la découverte des libellules d'Albi

Imprimer Imprimer
Envoyer par mail Mail
RSS RSS
Contraste Contraste
Zoom A+ A A-
Partager
Mardi 31 octobre 2017
Une sortie naturaliste organisée cet été sur le Tarn par l'Office pour les insectes et leur environnement (Midi-Pyrénées) a donné lieu à quelques belles découvertes le long des berges albigeoises.
On peut noter une biodiversité très riche sur les bords du Tarn à Albi
Source : D.R

Pour découvrir les berges du Tarn et approcher au plus près de la faune sans la déranger, rien ne vaut une balade en canoë. C'est le moyen qu'a utilisé une équipe de naturalistes l'été dernier pour faire l'inventaire des libellules (de la famille des odonates) présentes le long du Tarn. La période était idéale puisque propice à la reproduction.

« L'objectif n'était pas seulement de les repérer, mais de trouver aussi des exuvies, c'est-à-dire les peaux que la larve quitte avant de devenir libellule », indique Pascal Polisset,vice-président de l'Opie Midi-Pyrénées.

 « Ces exuvies constituent la preuve irréfutable que les libellules se sont reproduites dans le milieu. » Et les naturalistes en ont trouvé beaucoup. Pas de trace en revanche de la Macromia splendens, une espèce endémique qui n'existe que dans le Sud-Ouest et l'Espagne. Peut-être une prochaine fois... « On peut noter malgré tout une biodiversité très riche sur les bords du Tarn à Albi », note Pascal Polisset. « La qualité de l'eau du Tarn s'est améliorée, mais il faut rester vigilant : de manière générale, la pollution de l'eau et des sols, le rétrécissement des zones naturelles comme les ruptures entre les trames vertes sont de véritables problématiques au niveau local comme national. »

LE SAVIEZ-VOUS ?
Les libellules sont des insectes à température variable qui existent depuis plus de 360 millions d'années. En journée, elles accumulent la chaleur, étendent leurs ailes comme des panneaux solaires avant de décoller. Quand l'hiver arrive, elles disparaissent en raison du froid. Seules subsistent les larves.
Trithemis Annulata. Arrivée dans le Tarn depuis deux ans a priori, cette libellule étonnante par sa couleur
rouge provient d'Afrique. Elle a su s'adapter au milieu tarnais et albigeois, profitant sans doute du réchauffement
climatique.
1200px-Trithemis_annulata.jpg

 

Le Caloptéryx est une espèce de libellule assez originale car le mâle et la femelle procèdentà un véritable jeu de séduction avant
de s'accoupler. Les femelles paradent et le mâle fait le beau…
Calopteryx_virgo.jpg

 

La libellule Gomphus graslinii a la taille d'une allumette et son observation se mérite, d'autant qu'elle figure sur laliste rouge

des libellules en danger au niveau national et européen, tout comme la Cordulie à corps fin découverte dans le Tarn en 2010.

Gomphus_graslinii©J-P.Boudot.jpg

 

L'Anax imperator porte bien son nom. Chasseur redoutable – les libellules sont carnivores -, cet odonate de 11 cm peut filer à

près de 60 km/h, voler dans tous les sens – y compris en arrière ! Espérance de vie ? Entre deux et trois mois.

Emperor3.jpg

 

L'Aeschne paisible est une espèce de libellule discrète qui sait parfaitement se camoufler dans le milieu naturel. Il faut s'armer
de patience pour la débusquer ; pourtant c'est l'une des espèces les plus courantes à Albi.
Aeshna_cyanea_-_young_male_(aka).jpg