Centrale photovoltaïque de Pélissier, un projet énergétique propre et durable !

2006, 2016, 2021, trois dates marquent la fin de l'histoire de la centrale thermique de Pélissier et le début d'une nouvelle page énergétique propre et durable !
Centrale photovoltaïque : mise en service en 2021

Du charbon au solaire 

  • L’arrêté préfectoral d'exploitation de la centrale thermique d'Albi date du 5 décembre 1989.
  • En 2006, la société EDF prend la décision de la mise à l'arrêt définitif de la centrale thermique de Pélissier. A compter du 1er janvier 2007 la centrale laisse échapper ses dernières volutes de fumée.
  • En 2007, suite à l’arrêt définitif de la centrale thermique, la ville d’Albi préempte les terrains.
  • Le projet de création d’une centrale solaire est évoqué en 2010, mais n’aboutit pas. L'objectif de la Ville est de constituer une réserve foncière afin de contribuer à la reconversion de ce site en l'intégrant dans l'aménagement du secteur Nord de la ville, tout en y maintenant une activité de production d'électricité, en cohérence avec la passé industriel de ce site et en s'appuyant sur l'utilisation d'énergies renouvelables.
  • C'est en novembre 2012 que le dynamitage des bâtiments de la centrale et notamment de la cheminée a lieu.
  • En 2012, le démantèlement des bâtiments industriels et la dépollution du site commencent.
  • En 2016, le site est totalement démantelé. Le projet est relancé, l’État ayant défini les usages possibles des terrains. La ville d’Albi dispose aujourd’hui de trente-neuf hectares dont dix sont affectés au projet photovoltaïque.
  • Dans le cadre de la dépollution du site ce sont 50 000 m³ de terre soit 90 000 tonnes qui ont été évacuées. Le site est ensuite recouvert par une couche de terre saine sur une épaisseur de 30cm environ.
  • Fin 2016 le bail emphytéotique de la Sté EDF arrive à échéance, la Ville d'Albi prend le 1er janvier 2017, pleine possession du site.
  • La Ville d'Albi, afin de valoriser et revitaliser les terrains, étudie la faisabilité d'une installation solaire photovoltaïque au sol sur le site de l'ancien parc à charbon de 10 hectares.
  • En 2018, suite à un Appel à Manifestation d'Intérêt (AMI), le groupement constitué de la Société d'économie mixte SPIEnR et la SAS IRISOLARIS est retenu pour mettre en œuvre ce projet de centrale photovoltaïque au sol.
  • En 2019 la Ville d'Albi et le groupement décident de créer une Société à Actions Simplifiées : la SAS Centrale Solaire Albi Pélissier, qui a pour objet social la production d'énergie renouvelable sur le site de Pélissier.
  • Début 2021 la participation de la Ville dans la SAS est de 25 %, un financement participatif citoyen est lancé , il permettra aux Albigeois d'investir dans la reconversion de ce secteur industriel historique avec une participation à hauteur de 10%.

Quel est son intérêt ?

  • La ville d’Albi souhaite valoriser et revitaliser le site et a donc fait réaliser des études dans ce sens.  Un arrêté indique que les usages autorisés sur la majorité des parcelles de l’ancienne centrale sont à vocation économique ou industrielle. Cela peut inclure des entrepôts, bureaux, locaux techniques et administratifs, mais aussi des installations de production et de distribution d’énergie renouvelable. L’idée d’une centrale photovoltaïque s’inscrit bien dans cette démarche tout en contribuant au développement des énergies renouvelables sur le territoire.
  • En 2018, suite à un appel à manifestation d'intérêt, le groupement constitué de la Société d'économie mixte SPIEnr et la sarl Irisolaris a été retenu pour mener à bien cette opération. Dans le cadre de l'appel d'offres portant sur la réalisation et l’exploitation d’installations de production d’électricité à partir de l’énergie solaire, le projet de centrale solaire à Pélissier a été désigné lauréat après l'instruction du dossier par la Commission de régulation de l’énergie (CRE).
  • La société Centrale Solaire Albi Pélissier a été ensuite constituée en 2019 avec pour objet la production d'énergie renouvelable sur le site. À la demande de la Ville, la société créée pour porter le projet s'est engagée à proposer une part d'investissement participatif afin de permettre aux citoyens qui le souhaitent d'investir dans la centrale. Objectif de la société, dans laquelle la Ville devrait prochainement prendre part.
  • « La Ville d'Albi entrera dans cette société d'ici la fin de l'année », indique Jean-Michel Bouat, adjoint au maire délégué au développement durable, « la mise en service de la centrale étant prévue pour le printemps 2021, sous réserve de l'évolution de la crise sanitaire ».

La centrale

La centrale représentera 24 000 m² de panneaux d’une puissance de 5 MW, ce qui représente les besoins en électricité de 2 000 foyers. Les panneaux seront installés au sol avec une hauteur maximale de trois mètres et intégrés au paysage.

Pour le moment, environ 15 600 panneaux sont en cours d'installation, permettant de produire 5 mégawatts d'électricité par an, soit la consommation annuelle (hors chauffage) de 2 200 foyers.

La centrale est situé sur l'ancien parc à charbon de 10ha.

Près de 13 000 panneaux, installés sur des supports d'une hauteur de 2,50 m, sont en cours d'installation.

Le chantier de construction a débuté en septembre dernier, la mise en service de la centrale est prévue au printemps 2021.

Les Albigeois associés au projet

Une campagne d'information permettant aux Albigeois d'investir dans cette installation à hauteur de 10% des parts devrait être lancée en début d'année.

Lancement du financement participatif

La SAS Centrale Solaire Albi Pélissier, dont fait partie la Ville d'Albi, ouvre son capital à hauteur de 10 %.

Ainsi, les Albigeois peuvent investir en souscrivant une ou plusieurs actions d'un montant unitaire de 110 euros, auprès d’Énergie Partagée Investissement.

 

 

 

 

 

En 1 clic