Le fonds patrimonial de la Ville d'Albi comme vous ne l'avez jamais vu

La médiathèque Pierre-Amalric conserve des fonds patrimoniaux qui la classent parmi les cinquante bibliothèques les plus importantes de France. Fruit d'une histoire longue, riche et parfois mouvementée, les quelque 70 000 livres anciens qui constituent ce fonds témoignent de l'histoire intellectuelle et artistique d'Albi au Moyen-Âge, mais aussi de l'intérêt littéraire et scientifique de nombreux Albigeois qui ont permis par leurs legs de transmettre cet héritage unique. Voyage au cœur de l'histoire, du VIIIe siècle à nos jours, à travers une présentation d'ouvrages emblématiques de ce fonds appartenant majoritairement à la Ville.
Le fonds patrimonial de la Ville d'Albi comme vous ne l'avez jamais vu

Marie-Pierre Boucabeille, adjointe au maire déléguée à la culture

« Le XXIe siècle nous a plongés dans l’ère du numérique. Cette révolution technologique, en nous proposant des bibliothèques virtuelles, nous éloigne du livre, du papier, de la sensation des pages qui glissent entre nos doigts. Se plonger dans les rayonnages abritant les ouvrages du fonds patrimonial de la Ville d’Albi est une expérience unique. L’ensemble des manuscrits et les ouvrages plus contemporains représentent dans un premier temps un témoignage de la créativité à travers les époques, mais aussi une empreinte de l’histoire des croyances ou des découvertes scientifiques. C’est dans la lignée des valeurs promues par l’amiral Rochegude que nous devons nous inscrire pour préserver et transmettre, aux générations futures, ses trésors hors du temps. »

VIIIe siècle

La Mappa Mundi d'Albi, inscrite au registre Mémoire du monde à l'Unesco, est le joyau du fonds patrimonial d'Albi. Si l'on connaît bien la fameuse carte que l'ouvrage contient, beaucoup ignorent qu'il s'agit en réalité d'un recueil de textes écrits à plusieurs mains qui ont été ensuite reliés les uns aux autres. La Mappa Mundi est en effet conservée au sein d’un manuscrit comprenant 77 feuillets, constituant un recueil de 22 pièces.

IXe siècle

La mise en page de ces chants de Pâques est plutôt sobre. Les textes utilisent néanmoins déjà deux couleurs et sont écrits sur deux colonnes ou une seule avec de jolies lettrines. Des annotations et commentaires sont visibles dans les marges. On appelle cela la glose, très courante à l'époque (nos futures notes de bas de page !). Ce manuscrit fait partie des dix-huit antérieurs à l'an 1000 conservés dans le fonds patrimonial
(sur 510 manuscrits au total).

Xe siècle

Il s'agit ici à la fois d'un pontifical et d'un rituel. Ce livre, provenant du chapitre cathédral d'Albi, contient d'abord des prières et des textes relatifs à la célébration d'ordination des clercs. La seconde partie, le rituel, présente la liturgie et les rites à accomplir par le prêtre pendant la célébration des sacrements. On notera la présence de lettrines ornées, d'une mise en page soigné et d'un bestiaire médiéval.

XIe siècle

Ce lectionnaire du chapître cathédral d'Albi présente des passages de la Bible et des Pères de l'Église qui étaient lus lors des offices et des messes. On peut remarquer les lettrines ornées et quelques dessins naïfs. Cet ouvrage, confisqué à la Révolution française à l'une des congrégations religieuses de la ville d'Albi, est parvenu jusqu'à nous sans être trop endommagé par le temps. Il est aujourd'hui conservé dans une des réserves de la médiathèque à une température et une hygrométrie mesurées en permanence.

XIIe siècle

Nous sommes à l'apogée du scriptorium d'Albi ; l'imprimerie n'existait pas encore et ce sont les moines qui avaient donc pour mission de recopier les textes originaux. Le livre des sacrements du pape saint Grégoire a été ainsi repris par le moine copiste Sicard, responsable du scriptorium à l'époque. Comment le sait-on ? Tout simplement par le fait qu'il l'a signalé à la fin de l'ouvrage ! À noter les nombreuses lettrines ornées et colorées qui décorent les pages.

XIIIe siècle

Cet Ancien Testament, qui présente les textes de la Bible antérieurs à la venue du Christ (ici, le livre de la Sagesse), comprend là aussi de nombreuses lettrines filigranées. La nouvelle reliure est aux armes de Charles Le Goux de la Berchère, évêque d'Albi de 1687 à 1703. Dans l'ouvrage, on découvre un ex-libris de son prédécesseur, laissant supposer qu'il en avait été le précédent propriétaire.

XVIe siècle

Cet abrégé de vérités théologiques de saint Thomas d'Aquin provient de la collection Rochegude léguée à la Ville d'Albi en 1834. Ce manuscrit est intéressant pour sa reliure en cuir avec ses attaches métalliques, ses lanières et ses bouillons (ou boulons) qui sont des boutons en métal saillants fixés sur le plat. Ils protègent des détériorations dues au frottement dans les coffres et les armoires, où les livres étaient déposés.

XVe siècle

La Nef des fous, écrite en allemand par le Strasbourgeois Sébastien Brant en 1494, est un ouvrage célèbre qui a inspiré de nombreux artistes. L'oeuvre, traduite ici en français en 1498, présente de manière satirique et moralisatrice différentes formes de folies illustrées par des dessins assez remarquables. Il s'agit d'un incunable, défini comme un ouvrage imprimé avant 1501.

XVIe siècle

Étonnant ouvrage que celui-ci ! Édité en 1568, ce traité de cryptographie de l'abbé Johann von Tritheim, bénédictin et cabaliste allemand, explique en détail des formes d'écriture codée grâce à des planches à parties mobiles que le lecteur fait tourner pour faire correspondre l'alphabet à des signes du langage crypté. Le propos semble assez hermétique et ésotérique avec des clefs de codage plutôt complexes. Il faut croire pourtant que cet ouvrage a retenu l'attention de Rochegude qui l'a ajouté à sa riche collection.

XVIIe siècle

On doit ce commentaire sur les oeuvres d'Aristote au théologien Juan de Guevara. L'ouvrage appartenait à Mgr Daillon du Lude, évêque d'Albi, après avoir été la propriété de François Barberini, neveu du pape Urbain VIII.

XVIIIe siècle

Le mémoire sur l'ancienne chevalerie (1759) a-t-il été lu par son propriétaire le cardinal de Bernis ? Nul ne le sait. Ne reste ici que l'ex-libris gravé aux armes de l'archevêque albigeois collé sur le contre-plat de l'ouvrage qui fut confisqué à la Révolution française.

XIXe siècle

L'architecte paysagiste Léon Aussel, élève de l'école d'horticulture de Versailles, présente dans cet ouvrage aux dimensions imposantes divers plans d'aménagement de parcs
et de jardins, notamment du Tarn. On y découvre par exemple le projet de plantation du parc Rochegude adapté aux projets de restructuration de l'architecte Lacroux. Il se trouve que Rochegude, féru de botanique, avait demandé à la Ville d'Albi, en contrepartie de son legs, la plantation de dizaines d’arbres remarquables qui fut réalisée à partir de 1890.

XXe siècle

Le poème de Pierre Benoit, intitulé Antinéa parle, est illustré par Benito, un artiste espagnol connu pour ses dessins de mode. À noter que l'ouvrage a été édité par Draeger Frères, imprimeurs français à qui l'on doit quelques-uns des chefs-d'oeuvre de l'édition française et pionniers de la publicité au début du XXe siècle.

Fin du XXe siècle

La Robe rouge est un livre d'artiste de Martine Lafon de 1997. Il s'inspire d'un tableau italien du XVe siècle en reprenant la forme du triptyque en bois qui sert d'écrin au livre lui-même. La couleur rouge et les détails dorés rappellent les enluminures médiévales. Le mot enluminure vient du mot latin illuminare qui signifie illuminer, éclairer.

En 1 clic

Contact.

Médiathèque Pierre-Amalric
30, avenue Général de Gaulle
Tél : 05 63 76 06 10
Fax : 05 63 38 56 15

Informations.

La consultation des documents patrimoniaux se fait uniquement sur rendez-vous.

Vous pouvez contacter le réseau des médiathèques par téléphone au 05 63 76 06 10 ou via le

formulaire de contact de l'équipe Patrimoine écrit

Cecilia est la nouvelle bibliothèque numérique de consultation du patrimoine écrit albigeois. Elle vous permet de consulter des manuscrits, des incunables et des œuvres remarques conservés dans les réserves de la médiathèque Pierre-Amalric.

Consulter Cecilia