«Je me présente, je m’appelle Henri» une websérie sur le peintre albigeois qui décoiffe

Une websérie en cinq épisodes revisite l'image que l’on a de Toulouse-Lautrec. Un scénario adaptée à internet capable de toucher les plus jeunes. À découvrir sans modération en ces temps de confinement.
 je m’appelle Henri» une websérie sur le peintre albigeois qui décoiffe
Date

«Je m’présente, je m’appelle Henri…Henri de Toulouse-Lautrec… » On découvre la silhouette du peintre albigeois sur un fond de musique rythmée. Le ton est donné. Celui de la websérie consacrée à Henri de Toulouse-Lautrec commandée par la réunion des musées nationaux à l’occasion de l’exposition au Grand Palais « Toulouse-Lautrec. Résolument moderne. »

Si l’exposition a tiré le rideau et les toiles du peintre regagné les cimaises du musée albigeois, la websérie vit sa vie sur les réseaux sociaux : IGTV, l’application « télé » d’Instagram et Youtube.

Cette série au format IGTV  en 5 épisodes a été produite par l’agence Madame Bovary.

Pour Pascal Couvry, « Toulouse-Lautrec incarne l’esprit du temps…C’est lui qui a inventé la pop culture. Finalement, Andy Warhol n’a fait que copier ce qu’a inventé Toulouse-Lautrec. »

Episode 1 – L’enfant d’Albi : Toulouse-Lautrec nous raconte son enfance et son parcours.
Episode 2 – Lautrec et l’avant-garde parisienne: L’artiste nous emmène avec lui, on le suit toute une journée, on y découvre ce qu’il fait, ce qu’il voit, ce qu’il dessine, ce qu’il peint.
Episode 3 Les années Montmartre : Toulouse-Lautrec nous explique ce qui l’anime, ce qui l’inspire et ce qui l’amuse : le folklore des nuits montmartroises.
Episode 4 – Un grand portraitiste : L’artiste nous fait rentrer dans son monde, nous fait comprendre sa vision de l’art en nous dévoilant les secrets de ses portraits.
Episode 5 – Peintre du mouvement et de la vitesse: Toulouse-Lautrec nous présente une rétrospective de ses peintures en nous montrant que le mouvement y a toujours été présent, et que c’est cela qui fait de lui un artiste résolument moderne.