Retour dans le passé de la Viscose

La viscose fut la plus importante usine d'Albi. Inscrite dans la mémoire de l'industrie albigeoise, elle a marqué l'industrie du XIXème siècle.

Aventure industrielle

Construit en 1917, le site de la Viscose a beaucoup évolué. Cette usine de fabrication d’accumulateurs alcalins s’est vue transformée pour abriter des ateliers de remplissages d’obus avec des gaz de combat, puis enfin une usine de textile produisant de la « viscose ».

Durant son apogée, cette usine comptait plus de 1000 employés, couvrait près de quarante hectares avec ses halls de filature, ses ateliers de blanchiment et de moulinage, ses magasins, son laboratoire, sa chaufferie et ses imposantes cheminées détruites au milieu des années 1980.

Cela fait maintenant 40 ans que son activité a cessé, néanmoins la plupart des bâtiments ont été reconvertis.

Cette époque industrielle glorieuse pour Albi fut marquée par l’industrie du charbon, du verre, de l’acier et de la viscose.

Une usine pour alimenter l’industrie textile

L’année 1923, l’usine débute sa production de viscose.

Cette pâte visqueuse, fabriquée grâce à un procédé complexe à partir de cellulose extraite du bois, donne nom au produit et au site « la viscose ». 

À la base de cette pâte, des bobines de fils étaient fabriquées, destinées à l’industrie textile pour les vêtements, voilages, etc.

Cette invention donnera lieu à de nombreuses usines françaises.

Cette fabrication dégageait une odeur d’œuf pourri provoquée par des produits provenant ou contenant du soufre.

Les conditions de travail étaient difficiles et parfois dangereuse. Effectivement, l’usine disposait de nombreuses galeries et caves où l’air était toxique, dû aux produits et gaz chimiques utilisés.

Une crise du textile fatale

Dans les années 1950, la production connait une crise irréversible.

Cependant pour faire face à la concurrence étrangère et à l’essor des fibres synthétiques, la direction diversifia l’activité en ouvrant des ateliers de fabrication de crins synthétiques (mono-filaments).

Mais des licenciements furent obligatoires devant une crise durable.

Une reconversion salutaire

Si le secteur des mono-filaments su tenir jusqu’en 2000, la crise mondiale au milieu des années 1970 entraînera définitivement la chute et signera l'arrêt de la production de viscose en 1978.

Ce site connu alors une reconversion avec l’installation de nouvelles entreprises comme Pyral, Albichimie ou les chaussures Adam.

Les anciens employés ont pu profiter de ces nouveaux postes.  

En 1 clic

Contact.

Archives municipales
25, rue Jean Rostand
Tél : 05 63 46 46 50
Fax : 05 63 46 46 51