Création et évolution du musée, quelques dates clés

Avant d'accueillir la donation Toulouse-Lautrec, le musée d'Albi, inauguré en 1876, n'était pas au palais de la Berbie et a failli ne jamais y être. Voici son histoire et quelques dates clés pour comprendre l'évolution du musée et de ses collections.
Création du musée, quelques dates clés

Henri de Toulouse-Lautrec, né le 24 novembre 1864 à Albi à l'Hôtel du Bosc, décéde le 9 septembre 1901 au Château de Malromé, en Gironde.

1876 : création d’un musée à Albi sous l’initiative d’Émile Jolibois, historien et archiviste départemental, installé dans un premier temps à l’Hôtel de Ville.

1880 : le musée est transféré à l’hôtel Rochegude, peintures et sculptures sont installées au rez-de-chaussée. Henri de Toulouse-Lautrec écrit à sa mère en avril 1893 « Je serais heureux de chercher une décoration pour le musée Rochegude, et ce serait drôle d’y figurer en peinture, là où j’ai figuré jambes nues en jeune lévite... »

1901 : décès d’Henri de Toulouse-Lautrec. Le comte et la comtesse de Toulouse-Lautrec héritent de l’œuvre de leur fils qui n’a pas eu de descendant. Ils confient alors la valorisation de ce fonds à Maurice Joyant, ami fidèle de Lautrec depuis leur jeunesse. Maurice Joyant,aidé de Gabriel Tapié de Ceyleran, cousin de Lautrec souhaitent faire rentrer les œuvres de Lautrec dans les musées parisiens. Mais l’art de Lautrec n’est pas du gout des institutions parisiennes qui refusent ce don. Maurice Joyant et Gabriel Tapié de Celeyran vont alors imaginer exposer ces œuvres dans le musée de la ville natale du peintre.

1903 : important legs archéologique par Alfred Caraven-Cachin au musée de la ville.

1905 : les collections occupent dès lors trois salles en rez-de-chaussée et deux salles du premier étage pour les collections des beaux-arts et trois autres salles en rez-de-chaussée qui exposent les collections d’histoire naturelle. Mais devant le développement des collections du musée, la ville décide de construire un musée, dans le parc Rochegude. Pour financer cette construction, l’État accorde (fait rare) à la Ville l’émission des billets de loterie dont le gros lot était un prix de 100 000 francs ! Les billets ne trouvent pas tous preneurs et par un heureux hasard du sort c’est l’un de ces billets invendus qui sort gagnant. La ville gagne donc ces 100 000 francs. Mais, la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Églises et de l’État modifiera les plans...

1907 : Le conseil général (le Palais de la Berbie appartient au département depuis 1811) concède à la Ville la jouissance du Palais, sous réserve d’y installer un musée public. Des travaux ont lieux. Monsieur Andrieu, maire d’Albi confie à l’un de ses jeunes conseillers municipaux, Charles Bellet, le soin d’installer le nouveau Musée dans les locaux du Palais de la Berbie. Le conservateur en titre du musée est Monsieur Charles LIZOU qui s’installe alors dans les combles du Palais.

1914 : Maurice Joyant vient au Palais à la veille de la première guerre mondiale rencontrer M. Bellet et participer à l’accrochage des trois toiles qu’il vient de donner à la Ville d’Albi. En effet, devant le refus des musées parisiens de faire rentrer la collection Lautrec dans leur fond, Maurice Joyant et Gabriel Tapié de Celeyran souhaitent léguer ce fonds à la ville d’Albi. Maurice Joyant convainc M Bellet du talent de T-L. Le projet d’exposer Lautrec dans le musée prend alors forme.

Novembre 1919 : Dans une lettre commune, la comtesse Adele mère du peintre, Maurice Joyant et Gabriel Tapié de Celeyran exprime leur volonté d’offrir à la Ville d’Albi le fonds d’atelier de Toulouse-Lautrec qui compte près de 300 références. M. Bellet, dont la renommée croissante lui ouvre de nombreuses portes, convainc d’autres donateurs d’enrichir les collections du musée.

30 juillet 1922 : Inauguration de la Galerie Henri de Toulouse-Lautrec au sein du Musée de la ville d’Albi, dans le Palais de la Berbie. Le discours d’inauguration est prononcé par Léon Berard, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts qui dépeint Toulouse Lautrec comme l’un des grands peintres de la vie et des mœurs modernes. Maurice Joyant, quant à lui fait un portrait sensible et honnête de son ami « Disgracié de la nature - ne s’était-il pas cassé les deux jambes [..] ?- presque difforme, dans la crainte de la curiosité moqueuse, il prenait une attitude de défense contre l’attaque qu’il sentait permanente » Il termine le portrait de Toulouse-Lautrec en parlant d’ « un Lautrec quasiment romanesque, ingénieusement tendre ». Il conclut son discours en s’adressant à la Ville d’Albi « nous confions à votre garde, pour l’éternité, l’œuvre du peintre Henri de Toulouse-Lautrec, qui deviendra l’objet d’un pèlerinage de tous les amoureux d’art. ». Un an plus tard, le 31 juillet 1923 un décret dote le nouveau musée d‘Albi de la personnalité
civile.

31 juillet 1922 : Acte de donation Toulouse-Lautrec à la Ville d'Albi par la Comtesse Adèle de Toulouse-Lautrec (née Tapié de Céleyran), Maurice Joyant et Gabriel Tapié de Céleyran.

31 juillet 1923 : Le musée d’Albi, qui est reconnu comme établissement public doté de la personnalité civile par décret d’État.

En 1934, Bellet s’entoure de nombreuses personnalités qui vont contribuer au développement, enrichissement et renommée du musée ;

  • Édouard Julien, peintre albigeois, fervent admirateur de l’œuvre de T-L
  • Docteur Devoisins,
  • Docteur Gourc
  • Leon Daures, architecte départemental du Tarn
  • Jules Cavaillès, artiste de renom d’origine tarnaise.

Configuration du musée à cette époque

Galerie Henri de Toulouse-Lautrec : Les affiches de Toulouse-Lautrec sont exposées dans la galerie d’Amboise. Le reste de la collection Lautrec se trouve alors dans l’aile perpendiculaire, l’Aile de Stainville, ancienne bibliothèque de l’archevêché. Au cours des années, le musée évolue, des salles supplémentaires sont aménagées. La muséographie change, des œuvres viennent enrichir les collections.

1997 : Concours international d’architectes pour la rénovation du musée. En effet il est nécessaire d’adapter le Palais de la Berbie à la fonction de musée avec la création d’espaces d’exposition temporaire, d’une salle pédagogique, d’un auditorium et d’un centre de documentation.

2001-2012 : Travaux de restructuration du musée Toulouse-Lautrec. Pendant ces importants travaux, le musée a continué à recevoir le public.

31 juillet 2010 : Classement de la Cité Episcopale sur la Liste du Patrimoine mondial.

Avril 2012 : Réouverture du musée Toulouse-Lautrec "réinventé" après onze ans de travaux.

2022 2023 : Centenaire de la donation et de la création du musée Toulouse-Lautrec. L'exposition exceptionnelle "Quand Toulouse-Lautrec regarde Degas" ouvrira cette année de célébration, du 17 mai au 4 septembre 2022.

En 1 clic