L'hôtel Rochegude

Hôtel particulier ayant appartenu à l’amiral Henri-Pascal de Rochegude, l’hôtel Rochegude d’Albi a abrité la bibliothèque municipale avant de devenir un espace de réception et d'exposition culturelle.
L’hôtel Rochegude est situé dans le parc Rochegude, classé «Parc remarquable » en 2010.

Source : ©

Description historique

L'hôtel particulier Rochegude a été édifié en 1685 dans un style Louis XIII, au sud du centre de la ville d'Albi et de sa cité épiscopale.

Dès 1787, il est acquis par le marquis de Rochegude, un navigateur et érudit qui fait procéder à des remaniements via l'ajout d'avant-corps sous forme de terrasses notamment.

De ce fait, des remaniements ayant été effectués encore par la suite, l'édifice présente aujourd'hui une forme en U autour d'une cour qui donne sur la rue.

Les façades sont décorées via l'alternance de la brique et de la pierre et un fronton orné d'un blason surmonte le corps de logis.

De l'hôtel particulier d'origine, ne subsiste en réalité qu'un escalier de marbre, et à l'intérieur, nombre de boiseries provenant de l'archevêché ont été réinstallées au début du XXe siècle.

C'est à cette époque que le bel édifice accueillit en 1908 la bibliothèque municipale de la Ville.

L'hôtel de Rochegude, lui-même protégé au titre des monuments historiques, est entouré d'un parc de 4 hectares ouvert au public labellisé Jardin Remarquable : il comprend un jardin à la française, un jardin à l'anglaise, un jardin des senteurs, et des parcelles thématiques ou ludiques (jardin des ombres, roseraie...). Des statues d'époque romantique jalonnent le parc et des panneaux présentent les espèces.

L'ancienne bibliothèque municipale

 

 

Depuis 1908, la bibliothèque municipale d'Albi était installée à l'entrée du parc Rochegude, dans un hôtel particulier de style Louis XIII.

La bibliothèque classée conservait des collections importantes estimées à 300 000 volumes dont 300 manuscrits, 22 000 volumes antérieurs à 1810 et 6 500 livres du fonds local.

Les confiscations révolutionnaires sont à l'origine de la bibliothèque. Les ouvrages provenant de l'archevêché, du chapitre, du collège des Jésuites et des bibliothèques conventuelles restèrent dans l'ancien couvent des Carmes avant d'être transportés dans l'ancien palais épiscopal par Jean-François Massol, le conservateur du dépôt nommé en 1795.

Une vue de la bibliothèque avant 1914.

 

Ancien bibliothécaire du chapitre de la cathédrale, Massol récupéra une partie de la bibliothèque du cardinal de Bernis. Les collections s'accrurent tout au long du XIXe siècle grâce à des dons et des legs. Le principal fut effectué par l'amiral Henri Pascal de Rochegude. Les manuscrits médiévaux proviennent en majeure partie du chapitre de la cathédrale. Le plus ancien qui remonte au VIIe siècle contient une carte du monde. 

Le fonds canonique de la bibliothèque capitulaire d'Albi était l'un des plus riches d'Occident au IXe siècle. Le scriptorium d'Albi actif entre le IXe siècle et le premier quart du XIIe siècle se distingue par sa production importante de manuscrits liturgiques. La bibliothèque possédait notamment un des témoignages les plus anciens de notations musicales aquitaines, un antiphonaire complet du IXe siècle. 

Elle possédait aussi quelques manuscrits à peintures du XVe siècle dont le plus remarquable est une copie de prestige de la première traduction latine de la géographie de Strabon, illustrée de deux magnifiques peintures italiennes.

Les confiscations révolutionnaires sont à l'origine de la bibliothèque.

Enfin, il faut signaler plusieurs ouvrages rares comme la première édition des “Prophéties” de Nostradamus (Lyon - 1555), ou des documents officiels protestants concernant l'affaire Calas, l'affaire Fualdes, et des ouvrages sur Jean Jaurès.

On peut également citer “Le livre des échecs” de Jacques de Cessoles, un statut et ordonnance de l'ordre de St Michel, un manuscrit précieux pour l'histoire de la philologie romane et les autographes du Parnasse occitanien de Rochegude.

La bibliothèque renfermait aussi de nombreux livres sur la navigation, atlas et récits de voyages, dont notamment un des exemplaires les plus complets des “Relations de divers voyages curieux” de Mr Thévenot (Paris Moetts - 1696).

Elle conservait également un globe terrestre et un globe céleste du XVIIIe siècle.

En 2008, des travaux de restauration ont été effectués, la bibliothèque en partie transférée et une salle d'exposition culturelle ouverte au public a été aménagée.

Des salles d'expositions municipales

"J'ai voulu prendre le parti d'un aspect neutre, mais en respectant l'âme du lieu" expliquait en 2008 Jérôme Saysse, architecte d'intérieur chargé de réaménager la grande salle de l'hôtel Rochegude de 180m2.

Initié par la Ville d’Albi, ce projet était ambitieux et délicat puisqu'il consistait certes à restaurer ce lieu prestigieux, mais en imaginant une salle d'exposition temporaire pouvant se transformer en salle de réception.

"Ce bâtiment du XVIIIe siècle avait déjà était réaménagé par le passé" poursuit l'architecte "avec beaucoup de faux bois et de trompe l'œil… Partant de cela, j'ai choisi de rendre sa neutralité à l'ancienne grande salle de l'ancienne bibliothèque. Cela signifie qu'elle devait être le plus sobre possible. Nous avons conservé le parquet d'origine et travaillé sur les lumières, gardé le volume de la pièce.

Des stores clairs anti-UV recouvrent aujourd'hui les fenêtres et un faux plafond a été suspendu".

Pari réussi. Cette salle, devient lieu de réception et d'expositions et s'ouvre ainsi au plus grand nombre.

En 1 clic

Contact.

Médiathèque Pierre-Amalric
30, avenue Général de Gaulle
Tél : 05 63 76 06 10
Fax : 05 63 38 56 15